jeudi 16 décembre 2010

Potosi - Sucre


Bonjour à tous!
Voici les dernières nouvelles. On espère que vous avez du temps pour nous lire, ça risque d'être un peu long!

Potosí:
Après notre visite du Salar, nous avons débarqué à Potosí, une charmante ville coloniale de style baroque perchée à plus de 4000m d'altitude (et entre autres la plus haute ville du monde de plus de 100 000 hbts).
A Potosí se trouve "le cerro rico" (mont riche), la fameuse montagne oú les espagnols trouvèrent de l'argent dans les années 1500. Toutes ces richesses profitèrent à l'Espagne (entre autres pour financer des guerres) et plus largement à l'Europe. Ce sont principalement les indigènes qui travaillèrent dans ces mines dans des conditions plus qu'atroces.
Nous avons fait un tour dans une partie du "Cerro" encore aujourd'hui exploité pour ses mineraux (dont l'argent).
La montagne possède plus de 400 entrées différentes et personne ne saurait dénombrer le nombre de kilomètres de galeries qui ont été creusées jusqu'à ce jour. Près de 10000 mineurs y travaillent en même temps. Un véritable gruyère..
Ce fut une expérience très forte qui nous a mis mal à l'aise. Déjà, nous avons marché et rempé pendant environ 2 heures dans les entrailles de la terre. Et bien, c'était vraiment éprouvant. Il y fait très chaud et tout ce temps, on inhale une poussière très forte qui brûle la gorge (première cause de décès chez les mineurs). Tout ça pour dire qu'on y est allés peu de temps, sans faire de gros effort et dans les endroits les plus sûrs et qu'on a trouvé ça fatiguant. Alors, imaginez les mineurs qui y passent 12 heures par jour à travailler comme des bêtes, dans des conditions atroces (et mal payés en plus)!
 Pendant notre visite, on a rencontré quelques mineurs. On était mal à l'aise car on était là à visiter alors qu'eux travaillaient durement! Ce qui nous a également beaucoup touché, ça a été de voir des enfants de 15 ans. Une fois de plus nous avons pris conscience à quel point nous sommes bien lottis et privilégiés.
Ce fut vraiment  une expérience forte et  intéressante.

Pendant notre séjour à Potosí, on a également visité la "casa de la moneda" et appris comment étaient faites les pièces de monnaie pendant l'époque coloniale. Ah oui, juste pour l'annecdote, vous saviez que les billets boliviens étaient aujourd'hui fabriqués en France?

Sucre:
Nous avons quitté Potosí pour la jolie ville de Sucre.
Pendant 3 jours, nous nous sommes promenés entre le centre-ville aux belles bâtisses blanches et les alentours plus populaires.
Nous avons également pris plaisir à faire nos courses et à déambuler dans les allées du marché municipal. Nous y sommes allés tous les jours pour nous méler à cette joyeuse cohue mais aussi, bien sûr, pour régaler nos papilles.
A Sucre, nous avons visité le musée de l'art indigène. Il est très intéressant puisqu'il montre à travers le tissage, l'histoire, les rites et croyances d'ethnies indigènes (notamment les Jalq'a et les Tarabuco). La visite du musée nous a donné envie de découvrir les villages où vivent les tisserands et tisserandes. Ça tombait bien car nous souhaitions aussi nous éloigner des sentiers battus afin de connaître une Bolivie plus rurale.
Dès le lendemain, nous  embarquons pour Potolo, un village de la communauté Jalq'a se trouvant dans les montagnes environnantes de Sucre. Pour nous y rendre, nous grimpons dans la benne d'un gros camion. Au fil des minutes, le véhicule ne cesse de se remplir. Il y'a des femmes et des hommes de tout âge, des enfants, un mouton, des chiens et plein de marchandises (ces persones vivant isolées, elles viennent à la ville pour faire le plein). Nous nous retrouvons vite entassés comme du bétail. Et encore, nous on ne le fera qu'une fois mais toutes ces personnes le font au moins une fois par semaine. Ça fait réfléchir...Au bout de 2 heures d'attente dans une position pour le moins inconfortable, nous partons enfin, prêts pour 3 heures de route. Sauf que, au bout de 20 minutes, le camion s'arrête. La route que nous devons prendre est en travaux et comme il ne faut pas déranger les ouvriers qui travaillent, nous allons nous arrêter pour 1h30. Pendant cette pause, nous ferons la connaissance d'un sympathique paysan quechua (qui nous apprendra quelques mots de sa langue maternelle, le Quechua).
Ça y'est, il est midi, pause déjeuner des ouvriers, nous remontons tant bien que mal dans notre benne pour un un trajet qui promet d'être haut en couleur! L'incommodité dans laquelle nous nous trouvons est un peu atténuée par la beauté des paysages de montagnes que nous traversons!
Nous arrivons à Potolo avec le sentiment d'avoir vécu un  moment spécial. Nous venons de partager un bout de chemin avec tous ces gens mais bon ça a été fatiguant pour nous petits gringos (étrangers) peu habitués!
Comme nous avons soif, nous allons acheter de l'eau. Au moment de sortir le portefeuille, on se rend compte qu'il n'y a plus de portefeuille! Panique à bord. Nous fouillons dans nos affaires, retournons là où nous étions, toujours rien! Alors quoi, je l'aurai fait tombé et quelqu'un l'aurait ramassé? Nous voilà donc dans un petit village éloigné de tout sans même de quoi nous payer une bouteille d’eau! Pas terrible!
Heureusement, un monsieur qui passait par là pour se rendre à Sucre, nous laissera gentiment monter à bord de son camion. Ouf, sauvés! Une fois arrivés, nous passerons par un distributeur puis nous retrouverons notre paisible hôtel et le réconfort de sa gentille propriétaire. Cette journée aura été riche en émotions.
En y repensant, il ne nous est rien arrivé de grave. Nous aurons perdu l’équivalent de 50 euros soit 500 bolivianos. Sachant que le salaire moyen en Bolivie est à peu près de 600 bolivianos sois 60 euros, on espère avoir fair un heureux!
Dès le lendemain, bien reposés, nous sommes partis à la découverte d’un autre village de tisserands, celui de Tarabuco. On vous rassure, cette fois, les conditions de transports étaient plus qu’acceptables!
Pendant notre séjour, nous nous sommes balladés dans la campagne. C’est actuellement l’époque des semences ( patate, quinoa, blé…). On a pu voir des agriculteurs travaillant la terre aride. Certains charruent  avec des boeufs, d’autres plus riches sont equipés d’un tracteur. 


On a assisté au grand marché du dimanche où tous les gens des villages alentours viennent y vendre leurs produits. On y trouve de l’artisanat dont de magnifiques tissages mais aussi toutes sortes de fruits et de legumes, de la viande, du poulet, des vêtement, des produits de beauté…Un sacré bric à brac! Pour l’occasion les hommes comme les femmes revêtissent leurs habits traditionnels. Sublime!

Nous voilà maintenant à la Paz, la capitale bolivienne. Mais ça c’est une autre histoire!

2 commentaires:

coline a dit…

hé bien ! Je découvre tout juste votre blog et je lis avec plaisir vos aventures, enfin sauf quand il s'agit de mésaventures comme la perte du porte feuille... Mais j'imagine bien que votre "coolitude" vous fait surmonter ces obstacles... En tout cas merci de faire partager tout ça, ça donne des idées !!! Bonne route bolivienne !!
Coline :)

Anonyme a dit…

Ouais, ca fait plaisir d'avoir de vos nouvelles! Vous avez l'air de prendre tt ça ac zen, c'est cool. J'imagine que c'est pas ts les jours évident, ms on s'en doutait au moment de monter ds l'avion, nan? Je vous embrasse bien fort! A la prochaine!
Manue

La pagina espanola

Hola a todos y todas!

Acabamos de crear esta pàgina para todos los amigos encontrados en el camino latinoamericano! Asi podràn tener noticias de la asociacion, aunque no entiendan el francès.

Buenos, pues... hoy en dia, la asociacion Mas Lejos està acabando su primer pryecto "Siete meses en America latina". Concretamente, estamos viajando a unos lugares de Francia con los talleres, las fotos y nuestras historias que vivimos allà.
Parece que le gusta bastante a la gente francesa conocer màas de su pais. Tanto como a ustedes les gusto descubrir Francia con nosotros.

Ahora, lo que queremos es ayudar otros que quieren viajar a cualquier parte del mundo, pero que no saben como hacer, porque no tienen contactos alli, o no tiene bastante dinero... Pues nosotros, !en eso podemos ayudar!

Asi que, bueno, no duden en dejar comentarios para dar noticias o para hacer preguntas sobre la asociacion.
Un abrazo solidario,
"Mas Lejos"